skip to Main Content

L’île de Santo Antão au Cap-Vert

L’île De Santo Antão Au Cap-Vert

La visite du Cap-Vert ne pouvait être complète sans se rendre sur la sauvage île de Santo Antão. C’était elle, presque la seule raison pour moi de venir visiter ce pays qui m’était inconnu.
Nous y sommes restés quelques jours, le temps de découvrir un peu Ponta do Sol et ses alentours.
Si je n’avais pas été enceinte, j’aurai voulue faire le tour de cette île, me rendre sur sa côte ouest, vers Tarrafal, puis me perdre dans un trek vers Alto Mira, là où elle semble la plus sauvage, la plus brute, la plus libre également. Mais ce n’est que partie remise !

 

Arrivée sur l’île de Santo Antão

Depuis Mindelo sur l’île de Sao Vicente, nous prenons le ferry pour rejoindre Santo Antão. J’y avais lu que les liaisons étaient compliquées : ligne aéronautique abandonnée car appareil trop vieux, bateaux rustiques, liaisons assez compliquées car pas mal d’annulations de dernière minute…
Au final, tout est très bien organisé. Nous nous sommes renseignés le matin des horaires de départ via notre hôtel, et nous sommes rendus 30 minutes avant pour acheter nos tickets et embarquer.

La traversée dure un peu plus d’une heure. Petit à petit, je découvre Sao Vicente vu de la mer : ses crêtes se dessiner, les maisons immenses sur les pointes des montagnes, et, à l’opposé, encore un peu brumeuse, Santo Antão. Une petite fille est très intriguée par mon réflex, elle passe le trajet à le regarder, à s’approcher de moi de plus en plus, presque à me « coller ». Une occasion de faire une photo ensemble !

Si vous n’êtes pas dans votre assiette dans un bateau, rassurez-vous, vous ne serez pas seul.e. Beaucoup de cap-verdiens étaient vraiment mal lors de la traversée, alors que la mer était plutôt calme ;)

 

Arrivés à l’embarcadère de Porto Novo, c’est la foire d’empoigne ! Tous les rabatteurs de transports nous harcèlent pour monter dans leur « Aluger » (le terme ici pour véhicule de transport):  mini-bus / 4×4 / voiture. Rayez la mention inutile ;)
La route dure quelques heures. Je vous avoue que je ne saurai dire si c’était 2 ou 4. C’était long, mais tellement beau ! Nous déposons des passagers à chacun des villes que nous traversons. Entre deux, nous surplombons l’océan turquoise depuis la route de la Corde qui suit les côtes escarpées de cette île volcanique.
Parfois, la route est assez défoncée, j’ai des contractions mais le trajet se fini bien ! Nous arrivons dans le village de Ponta Do Sol, au pied de notre hôtel.

Et là, je m’effondre en larmes. Tout est lavé de gris. Autour de moi, le paysage est horrible. Je balaye rapidement les alentours. Poubelles qui vomissent leurs contenus, plastique et tôles en métal, des immeubles en construction à n’en plus finir.
Sur ma droite, l’hôtel où nous allons rester porte des couleurs criardes sur ses façades, comme pour essayer d’égayer un peu la situation. Raté. Déprime. Montée d’hormones, fatigue ou tristesse de voir la Terre être ainsi traitée par l’homme ? je ne sais pas. Je suis totalement désorientée.
Hugues me propose de me reposer dans la chambre. Celle que l’on nous a réservé a une fenêtre qui donne sur l’immeuble mitoyen, dont les fenêtres voisin, qui vit dans un appartement de parpaing, où il utilise des bâches en plastique en guise de fenêtre. J’ai dormi dans des lieux bien plus rudimentaires, et cela ne me dérangeait pas. Pourquoi alors suis-je aussi sensible ?

Soudain, deux détonations. Des coups de feu ! Je crie. Cela fini de m’achever. Je suis en sanglots. Je ne veux plus sortir. Je revis les attentats de Paris, que j’ai vécu en plein coeur, entre Bastille et Ledru-Rollin. Je ne pensais pas que je serai marquée autant.
Ces détonations, c’était le coup d’envoi d’une Fête de village visiblement. Les habitants dansent et déambulent dans les rues.
Hugues me réconforte et me propose de me reposer un peu, le temps qu’il demande à changer de chambre. Nous resterons tranquille le premier jour, histoire que je me remette du transport et des émotions…

 

Le Village de Ponta do Sol

Après une nuit de repos, nous passons les 2 journées suivantes à découvrir le village. Ponta do Sol a deux facettes, je vous l’avoue.

Une partie de ce village est très mignon : des ruelles bordées de jolies maisons colorées et ses bâtisses à l’architecture portugaise, menant sur le bord de mer, une jolie place avec la mairie, bien entretenue, les pavés au sol ajoutant la touche finale.
Une autre partie est totalement dévastée par l’industrie du bâtiment. Les buildings sont construits à la va vite, à se demander si autant de personnes vivent ici et ont besoin de ces logements. Ou peut-être sont-ils destinés à des Résidences pour touristes ? Certains sont en construction, alors que d’autres, avec d’immenses baies vitrées donnant sur la mer, sont abandonnés neufs, à la merci du vent, du sel qui rogne tout.

Ce qui fait la richesse de ce village, ce sont ses habitants.

L’insolite aéroport abandonné de Ponta Do Sol

S’il y a bien une chose insolite à visiter dans ce village, c’est bien son aérodrome abandonné !
Notre hôtel avait vue sur la piste d’atterrissage.  Le lendemain d’une bonne gastro, nous avons décidé de nous la « jouer cool » et c’est la ballade que je me suis autorisée :)

C’est vraiment étrange de marcher sur une piste d’atterrissage et de se dire qu’à l’époque des petits coucous arrivaient ici. La compagnie TACV a abandonné les vols en direction de Ponta do Sol, l’avion ayant atteint la limite d’âge. L’aéroport à été désaffecté dans les années 90, en raison de la présence de vents latéraux dangereux et de la météo trop souvent mauvaise pour autoriser les vol à vue. Preuve en est, en août 1999, un grave accident est survenu. L’avion utilisé par la TACV étant en panne, ils ont emprunté un modèle Dornier des gardes-côtes. 13 minutes après le décollage depuis São Vicente, le mauvais temps a forcé le pilote à faire demi-tour et l’appareil a heurté une montagne, faisant 18 morts.
De quoi refroidir de prendre l’avion au Cap-Vert !

 

À SAVOIR

Se rendre sur l’île de Santo Antao
Demander confirmation des départs le jour-J.

Départ de Sao Vicente (Mindelo)
Lundi au samedi : 8H00 – 15H00
Dimanche : 9H00

Départ de Santo Antao (Porto Novo)
Lundi au samedi : 10H00 – 17H00
Dimanche : 17H00

Durée : 1 heure de traversée
Prix : 810 escudos par personne

 

Où dormir ?
Sol Point Art
Rocha Grande, Ponta do Sol, Cap-Vert
Un hôtel aux airs de grande villa, les chambres sont confortables et spacieuses. La salle de bain ouverte sur la chambre est un peu surprenante au début. (surtout si vous venez en amis). Bien situé face à la mer et la piste aéronautique abandonnée, vous accèderez au centre ville en quelques minutes à pied.
Prix :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
Close search
Rechercher