skip to Main Content

Prendre l’avion avec bébé sereinement !

Prendre L’avion Avec Bébé Sereinement !

Vous devez prendre l’avion avec votre bébé et vous vous demandez comment cela se passe ? Depuis que nous vivons à Barcelone, nous prenons bien plus souvent l’avion avec Soren. Que ce soit pour des raisons professionnelles, partir en voyage ou rendre visite à nos familles, je passe 80% de mes vols en avion seule avec lui, sans aide du Papa. J’ai du trouver des astuces pour nous rendre à l’aéroport et ne pas louper nos vols. Retrouvez mes conseils pour voyager sereinement avec bébé en avion, sans stress (ou presque !).

 

À partir de quel âge prendre l’avion avec bébé ?

 

Vous pouvez voyager en avion avec bébé à partir de 7 jours dans la plupart des compagnies aériennes. Renseignez-vous tout de même car chaque compagnie a ses propres règles en matière de sécurité. Demandez également l’avis de votre pédiatre et suivez votre instinct : il est souvent votre meilleur allié.

De notre côté, Soren a pris l’avion pour la première fois à 8 mois pour le soleil de Barcelone.

Il adore voyager et prendre l’avion. Il connait bien chaque étape du voyage.
Depuis ses 2 ans, il a son propre siège. Il joue beaucoup avec sa tablette puis fini par s’endormir.

Il m’est même arrivé de faire un transport de bébé « poussette-avion-poussette- taxi-lit maison », seule, et sans le réveiller ! Grâce à ma super poussette qui se plie entièrement et passe en bagage cabine, la Eezy de Cybex, dont je vous parle ici.

 

Quel bagages et équipement pour bébé dans l’avion ?

 

Généralement, vous avez le droit de transporter gratuitement en soute 2 articles de puériculture (siège auto, poussette, lit parapluie…) et un bagage cabine de moins de 12 kg pour les enfants de moins de 2 ans. Cependant, que ce soit en soute ou en cabine, je vous conseille de vous renseigner sur ce que vous avez le droit d’emporter, car les règles sont différentes suivant les compagnies aériennes.

La première année, nous avons choisis de prendre le siège-auto Cloud Q de Cybex qui se fixe sur le châssis de la poussette Cameleon de Bugaboo. Super pratique pour les premiers mois, nous pouvions ainsi utiliser le siège-auto pour promener en poussette et dans la voiture, sans le réveiller ! Pour l’attente dans l’aéroport, nous avions le porte-bébé One de Babybjorn.

Par la suite, cela dépend de notre destination, et si nous allons marcher ou utiliser une voiture.
Pour connaître le contenu de notre « sac bébé » les premiers mois, je vous renvoie sur cet article où je vous ai fait une check-list détaillée de ce que nous emmenions en voyage.

 

Poussette sur la plage de Barcelone

Jusqu’à ses 8 mois, la coque Cybex Cloud Q sur le chassis de la poussette Bugaboo a été notre combo-gagnant !

 

Prendre l’avion avec une poussette

Plusieurs voyages en avion furent l’occasion d’investir dans une poussette que je puisse prendre aisément lorsque je voyage seule avec Soren. Je voulais une poussette qui se plie et s’emporte en bagage cabine, j’ai jeté mon dévolu sur la Eezy de Cybex, et j’en suis ravie. Elle apporte plusieurs avantages :

Soren peut rester dans sa poussette jusqu’à l’embarquement. Je dois la plier uniquement avant de rentrer dans l’avion. Et ça, c’est top, surtout lorsqu’il dort.

Elle se manie très facilement et est super légère. Je peux l’emmener avec moi à chaque voyage, elle n’est plus un « encombrant » à se trainer. Je m’en rend compte à chaque fois que l’on rentre à barcelone et que l’on reprend la Bugaboo. Le reste du temps, elle est rangée au dessus de notre armoire, comme nos valise. Elle est extra !

Fini l’attente interminable avec bébé dans les bras, à la sortie des bagages hors formats, en croisant les doigts pour que les 2 morceaux soient bien arrivés ensemble ! (by the way, on le pose où, le bébé, lorsque l’on voyage seule et que l’on doit assembler les 2 morceaux pour poser bébé dedans ?).

Sa poussette n’est pas abimée / rayée / cassée en soute.
C’est une des grandes raisons qui m’ont poussé à investir dans une poussette cabine. Plusieurs compagnies nous ont cassé notre siège auto, rayé le châssis de la poussette. Je trouve cela scandaleux de nous rembourser 25€, lorsque l’on a payé une petite somme pour la sécurité de notre enfant, payé un billet d’avion, avec une prestation de service. Service non exécuté correctement.

_ Pardon, c’était un coup de gueule, cela m’arrive rarement ici, mais il fallait que ça sorte. (Si un directeur marketing ou directeur qualité de compagnie aérienne lit ces lignes, j’aimerai avoir une très franche conversation avec vous, cher Monsieur).

Poussette Cybex Eezy

 

 

L’enregistrement et l’attente à l’aéroport

 

Lors de l’enregistrement des bagages, vous avez le choix de mettre en soute la poussette ou de la garder jusqu’à la porte de l’avion : une seconde option qui permet d’être bien plus confortable ! Les articles de puériculture qui sont enregistrés en soute se récupèrent généralement dans la partie « bagages hors formats » de l’aéroport d’arrivée.

En salle d’embarquement et à l’arrivée, je le laisse toucher, courir, regarder les avions décoller, puis nous allons acheter un petit livre pour l’avion. (bon et parfois un jouet !).

 

Enfant dans un aéroport

 

Vous trouverez dans certains aéroports des « espaces de jeux » avec toboggan, maisonnette en bois, memory… Une superbe idée pour les enfants, mais aussi pour les parents !
Nous avons testés ceux de Lyon St Exupéry (Terminal 1 – niveau 0 – Près des TO, et Terminal 2 – Zone réservée – Au niveau des départs) et Soren s’est amusé comme un petit fou !

Encore une fois, n’hésitez pas à laisser bouger votre bambin pour qu’il se fatigue un maximum et soit plus calme une fois dans l’avion ;)
Ici ça fonctionne : il dort à chaque vol !

 

Astuce : Je favorise des vols de maximum 3-4 heures, et réserve généralement des vols aux alentours du repas de midi, ce qui permet à Soren de faire la sieste dans l’avion. 
 
 

Les contrôles de sécurité

 

Le passage de sécurité est le moment le plus pénible d’un voyage en avion avec bébé.

C’est déjà contraignant lorsque nous sommes à deux : un pour s’occuper des affaires, l’autre du bébé, les choses se corsent lorsque l’on prend l’avion seule avec un bébé ! Mais j’ai au fil du temps développé quelques astuces qui facilitent la vie :)

Il faut une bonne dose d’organisation, car il faut 2 fois plus de temps pour passer le portique de sécurité avec un enfant que seul !

Chaque élément sera examiné : eau pour les biberons, nourriture, mais aussi vos affaires à vous, et on prendra peut-être vos empreintes. Il faut également plier la poussette pour la mettre sur le tapis, tout cela en ayant un oeil sur bébé ! Pas forcément évident lorsque l’on est seul à voyager avec bébé, et qu’il n’est pas en âge de marcher.

Essayez de n’avoir qu’un seul bagage qui contient vos affaires ainsi que celles de bébé, ça facilite grandement les choses. Je voyage avec une valise cabine 48h, un grand sac à main (genre cabas en cuir avec des pochettes pour « compartimenter ») et la poussette.

J’ai toujours les billets d’avions et les passeports dans une pochette que je place soit dans le canopy de la poussette, soit dans une poche de mon blouson pour l’avoir en permanence à portée de main (avec un tétine en cas d’urgence !)
N’hésitez pas et demandez à un membre du personnel. Vous trouverez toujours quelqu’un ravi de faire des risettes à un bébé ;)

 

Au passage des portiques de sécurité, deux options :

Si bébé ne marche pas encore : un membre du personnel vous tient le bébé pour que vous puissiez passer seul(e), puis vous passez une seconde fois le portique de sécurité avec bébé dans les bras.
• Si bébé marche : vous pouvez soit passer en premier et repasser une seconde fois avec lui dans les bras, soit faire passer bébé en premier, puis le suivre.

Je transforme toujours ce moment en jeu avec lui pour qu’il ne pleure pas d’être séparé. Et maintenant, il est content de tout faire « comme les grands ».
La dernière chose que je fais avant d’embarquer, c’est de lui changer la couche, les toilettes des aéroports sont souvent très bien équipés et bien plus spacieux que ceux des avions !

 
Astuce : certains aéroports (comme celui de Barcelone) ont un accès réservé aux familles. Prenez-le sans hésiter. Cela vous fera gagner du temps car il y a généralement moins de monde, et vous épargnera les regards lourds de sens des autres voyageurs (oui voyager avec un bébé ça fait du bruit, ça prend de la place et c’est plein de vie !).
 
 

Avion dans le ciel

 

 

Accéder à l’avion

Pour accéder à l’avion, deux cas de figure : soit l’avion est relié à l’aéroport avec un couloir, soit il faut prendre un bus, puis monter l’escalier qui rejoint l’avion depuis le tarmac. (l’option 2 est vraiment la plus fastidieuse à gérer seule, mais tout se fait au final !).

 

L’avion est relié à l’aéroport avec un couloir : Hyper simple ! 
Soren est soit dans la poussette avec un jouet ou un livre pour l’occuper, soit entrain de courir partout en disant « Perdon, perdon » pour passer entre les voyageurs ;)

 

L’avion n’est pas relié directement à l’aéroport : les choses se compliquent !
Souvent les Départs sont au 1er étage, et il faut descendre sur le tarmac via un escalier – il y a rarement des ascenseurs à ces niveaux des aéroports.

Vous avez le choix entre sortir bébé de la poussette, l’aider à descendre les marches, tout en portant la valise et la poussette. Puis remettre bébé dans la poussette pour entrer dans le bus. Tout cela avec 2 bras.
Vraiment pas pratique !

Astuce : porter la valise et demander de l’aide pour descendre les escaliers avec Soren dans la poussette. Ainsi, on peut monter dans le bus plus facilement et faire sortir bébé de la poussette uniquement au pied de l’avion. Devant la porte de l’avion, je plie la poussette et « briefe » Soren avec des mots simples pour qu’il comprenne ce que l’on va faire et le rassurer.

Depuis quelques mois, il sait qu’il doit marcher jusqu’à ce que je die « Stop » puis il monte sur le siège. Moi, je porte la poussette d’une main, et la valise de l’autre.

Avant, lorsqu’il était plus petit, un membre de l’équipage lui prenait la main ou le portait jusqu’à nos sièges et ça s’est toujours bien passé !
Bien évidemment, les premières fois, j’étais très stressée et j’essayais de faire tout vite, de tout contrôler, à en devenir pivoine. Mais depuis, Soren s’est habitué, et moi aussi. Je suis plus détendue, et il est donc plus a l’écoute.
J’ai aussi su demander de l’aide lorsque j’en avais besoin. Et il y a souvent eu un autre voyageur qui se porte volontaire de lui-même.

Si votre bébé a moins de 2 ans, l’équipage vous donnera une petite ceinture.
Il suffit de l’attacher autour de bébé, assis sur vos genoux, avant de passer votre sangle dans la boucle. (un membre du personnel vous explique toujours la procédure).

Certaines compagnies proposent aux parents des places plus confortables, un hamac et même parfois un lit sur les longs courriers.
Renseignez-vous !

J’espère que ces conseils vous aideront à voyager plus sereinement et répondre à quelques questions que vous vous posiez :)
Et si vous avez des astuces aussi, n’hésitez pas à m’en parler, je viendrai les ajouter pour rendre service aux autres personne qui liraient cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
Close search
Rechercher